MOODBOARD

cropped-4f2f9fce-7f22-45ca-ad1a-675c96701af9.jpeg

Aujourd’hui, j’ai décidé de consacrer cet article à la construction d’un moodboard.

Mais qu’est ce qu’un MOODBOARD ?

On définit un moodboard comme un assemblage d’images, de matières, d’objets ou de mots pour exprimer un style choisi dans le cadre du développement d’une idée créative (conception produit, design, publicité, agencement et comme à son initiale dans la mode). Il permet de montrer l’orientation ou l’univers thématique pour sa création.Le moodboard peut prendre la forme d’un collage sur mur, d’un regroupement d’objets ou d’un assemblage numérique.

Un exemple ?

Celui présenté ci dessous a été réalisé dans le cadre d’une démarche créative pour un projet d’aménagement et de décoration intérieur dans une construction neuve parisienne. Il rentre dans la catégorie des regroupements d’objets par collage.

Le contexte ?

Il s’agit d’un appartement traversant de 64m2, composé de deux chambres donnant sur une terrasse de 7m2, d’une salle de bain avec wc séparé et d’un grand salon séjour, cuisine ouverte avec une belle terrasse de 10m2. Les deux extérieurs permettront à ce couple amoureux des animaux (chien et chat) de les laisser gambader aisément (un vrai plus pour Paris).

IMG_4660

Celui-ci va permettre de situer tout de suite la direction créative choisie grâce à une superposition d’échantillons, magazines, livres, feutres er crayons.

PANTONE et CHROMATIC sont utilisés pour déterminer quels coloris s’accordent aisément pour refléter une ambiance légère , fluide, lumineuse et douce grâce au gris perlé, au rose dragée et organza, au blanc plume, coquille d’oeuf ou encore meringué.

On retrouve également du chêne clair et chêne blanchi, des moulures, du lin, du coton, de la végétation et un peu de paillettes quand même ^^

Capture d_écran 2018-11-22 à 11.06.15

Un aperçu 3D de l’appartement vu de haut réalisé avec le logiciel SKETCHUP afin de mieux apprécier l’espace à aménager et à décorer.

 

Et concrètement en numérique ça donne quoi?

👇

IMG_5431

IMG_5432

IMG_5433

IMG_5434

IMG_5435

IMG_5436

IMG_5437

Des conseils ?

La recherche d’image prend du temps, alors pour ceux et celles qui n’ont pas encore le réflexe, je vous conseil vivement de faire vos sélections sur PINTEREST (une vrai mine d’or d’inspiration). L’assemblage s’effectue ensuite sur PHOTOSHOP afin d’obtenir un rendu plus qualitatif. Pour finir, je pense qu’il est important que le moodbord reflète au maximum la personnalité, les valeurs et la volonté fixé bien avant la réalisation afin d’avoir un dossier réfléchi et cohérent qui garde la même ligne conductrice.

Des questions?

C’est par ici 👇  xoxo 💋

 

 

Salon Maison&Objet 2018

hello la team déco ! Aujourd’hui sur le blog, rétrospective de ma journée passée au salon maison&objet. Salon international pour la maison, la décoration, l’architecture. On y trouve les nouvelles tendances en terme de design, mais aussi d’événementiel avec des stands pour l’accesoirisation de nos décors, juste à tomber… Autant vous dire que j’y retourne tous les ans depuis ma première année de formation en visuel merchandiser et décoration intérieur il y a 6 ans. Et non ce n’est pas toujours pareil ! Des nouveautés chaques années et surtout des rencontres essentielles pour passer une journée au top ! Cette année ma rencontre coup de cœur avec Camille Roy décoratrice d’intérieur. Un vrai beau moment entre passionnées :). Voici mes plus gros coups de cœur du salon! N’hésitez pas à commenter si vous souhaitez plus d’infos. La dose d’inspiration de l’année, c’est par ici ->99333711-C0F8-4D15-B65F-ABBB741F1CB8 A4EC4F45-535A-4185-B907-D68DCC8475CAA50A10B2-25EA-4E0A-90E6-6DA70AFEEF8942A2B264-DBA7-4CCF-AED3-CEB96A323EF23FC9C68B-4145-4112-8244-04C6346FCA05B4157045-200D-46D8-99A9-DCA4DC185D8DC3B982FB-84DF-499A-A04A-6CFE3008685DEE15049B-4CFC-4CB8-A16F-0D7042C20AC8DF5547FB-AD49-4A66-AF1F-7587D47E964CAFFF3564-6BBE-4134-9B97-47A7EF887FE9E8253576-9B9D-4216-9687-88C9FB8E349EE2C6FCD4-3B00-461A-A39B-0AA43627F40D7E1AA263-E47A-47D7-822D-2FE9A168309B14313B72-CFD9-439F-8698-30FC4164365638A36252-3005-4295-A21E-ABAD5AF74B9DC689F8F4-C754-4147-A09F-9EF3FCF5A5D3

J A P A N O R A M A

CF71F8AC-7A96-4F43-A9BB-763EAFDF3D05Enfin je découvre « japanorama » une exposition au Centre Pompidou de Metz. Si impatiente d’y retrouver une culture qui m’attire depuis un bon bout de temps, j’ai été un peu déçu par les œuvres exposées et surtout par le contenu de celles-ci…. Un tournant se cré au Japon.8ACE5074-4C47-49B1-BBCD-E202435C8E580A6B688C-3CB1-4D52-9362-084909DCB80405D5D08B-168B-40AE-85E4-1E4996C65AB63BA8BFAE-C0D1-4AD4-819C-487A675E1A75E08B804D-AFD3-49A8-8DF2-503D8A44A578 Tiraillée entre un puissant héritage culturel et un discours national de modernisation, alternant des phases d’ouverture et de repli, l’évolution culturelle du Japon au début des années 1970 est marquée par des faits sociaux, politiques et écologiques majeurs. La commissaire d’exposition Yuko Hasegawa revient sur ces décennies mouvementées pendant lesquelles le Japon oscille entre globalisation et affirmation de son identité.670D4F5E-5657-4577-A040-7D8BBF91DB47En 1970, l’Exposition Universelle d’Osaka et la 10e biennale de Tokyo ouvrent le début d’une période de transition pendant laquelle les arts visuels japonais s’affranchissent de l’influence occidentale présente depuis l’après-guerre. Les artistes japonais développent des stratégies esthétiques liées à deux mouvances principales : l’une matérialiste (Mono-ha), l’autre conceptuelle (Nippon- Gainen-ha).9E875F7A-A4D2-47E6-8AE7-2502F23111E0E2755B2A-31AE-431E-B847-9EC87302152AD3343C37-06E3-43C2-BF87-D58E9D8B1E6CDans les années 1980, l’identité culturelle japonaise évolue vers un futurisme post-moderne qui s’illustre dans la mégalopole tokyoïte et s’impose sur la scène internationale. L’hyper-consumérisme associé à l’économie spéculative de cette décennie, réunit à la fois « mainstream », pop culture et académisme. Cette abolition des distinctions, ce « remix », est au coeur des démarches de YMO (Yellow Magic Orchestra) ou de Rei Kawakubo, créatrice de la marque Comme des Garçons. Les Occidentaux portent un nouveau regard sur la création japonaise. Ils remettent en cause la vision d’après-guerre d’un art uniquement lié à des valeurs de matérialité et d’émotion.3A9EAE41-AB0C-4C56-8FA7-DED3CC2C0D5E7DE7CE1A-9E66-407D-AB46-F983841F9BD8E0774327-78E9-4697-B09F-E6DD62F6A856La culture japonaise des années 1980 place la subjectivité au coeur du débat sociétal. Puis les années 1990 voient l’éclosion de la culture dite « superflat » qui conjugue l’esthétique du pop art avec le kitsch de la culture kawaii inspirée par les dessins animés et les mangas. Une jeune génération se met en quête de réalisme, rejetant tout symbolisme. Des artistes qualifiés de « néo-pop », tels que Takashi Murakami ou Yoshitomo Nara traduisent l’anxiété qui a suivi la fin de la bulle économique des années 80, à travers une imagerie liée à la pop culture, aux mangas et au spectacle. Ils délivrent un discours qui, au-delà de l’apparente clarté didactique de leurs oeuvres, remet en cause le modèle socio-politique et écologique du Japon.77D8AB0D-2C10-47CC-8D03-45DAF8772A45E2778F96-03CD-4F0E-9116-DD5A3D9506BE
Le grand séisme de 1995, suivi la même année de l’attaque au gaz sarin par une secte dans le métro de Tokyo, ruinent l’équilibre établi après 1945 et la promesse d’un ordre social et politique stable. La société japonaise tend de nouveau à se replier sur elle-même alors que les technologies de communication induisent de nouveaux modes de relations basés sur la confiance. L’expression artistique de ces années 1990 est aussi caractérisée par des univers relevant de l’intime, du vernaculaire et de l’espace domestique. La culture japonaise s’ouvre aux notions d’amateurisme et d’improvisation.6F0F8D20-295B-4527-B989-7722BD628CC29001A8E8-AEAE-4C7E-844B-D0D4626E3D052152A519-BC56-47B0-8757-59A1A26FEADCDans les années 2000, la société voit peu à peu s’éroder la frontière entre sphères publique et intime. Les artistes s’approprient et participent à cette transformation. Le tsunami et la catastrophe nucléaire de Fukushima le 11 mars 2011 ouvrent une nouvelle page de l’histoire japonaise. Ces événements suscitent un engagement des artistes vis-à-vis de la société et les valeurs de solidarité prennent une dimension inédite.DF678B41-5F88-4F4D-A340-E8E9DD2796382D2CF253-6C30-49ED-90EE-51BE1B8D81AADCFD70D6-61FF-4CDA-8A4C-F2B96459535DCCBFC8AC-12C7-4A64-BD3D-E0CD7064D3DA6856D486-C18E-4334-B7EF-538AD0D2ABA5L’exposition explore cette odyssée culturelle à travers la métaphore de l’archipel, dans une scénographie de l’agence SANAA (Prix Pritzker 2010). Chaque îlot incarne une notion-clé de l’histoire de la création contemporaine japonaise, telle que « le post-humain », « le collectif », « la subjectivité ».
La majorité des œuvres prêtées par des institutions japonaises est présentée pour la première fois en Europe. Parallèlement à l’exposition, des rendez-vous réguliers avec des créateurs japonais seront organisés par Emmanuelle de Montgazon, spécialiste de la scène artistique japonaise. Cette saison au Centre Pompidou-Metz sera l’occasion de découvrir de grandes figures actuelles de la danse, de la musique, du théâtre et de la mode, telles que Saburo Teshigawara ou Yasumasa Morimura.EA29B09F-9128-4214-8DB0-4CF5D5A6E342A06C3144-5D2C-41DE-8EA4-908F57D2DDA4A36AD349-8BD6-42FD-BD52-9B114DA4A3A2

« Belles ! Belles ! Belles ! – Les femmes de Niki de Saint Phalle »

126C63E8-6DB8-4799-9A1B-5AB5F1AC3A39Je vous présente enfin la célébration de mon artiste favorite. J’attendais ce moment avec impatience après celle du grand palais de 2014. Une exposition monographique qui se concentre sur l’une des thématiques majeures de l’artiste. Un moment clé du travail de Niki de Saint Phalle : celui de la représentation, diverse et complexe, du corps des femmes. 7516C751-C756-4EEA-A2C1-FE7E9BB3E281 À partir des années 1960 en effet, la Franco-Américaine commence à dénoncer, à travers son œuvre protéiforme, l’image conventionnelle et les clichés conservateurs projetés par la société de consommation à l’encontre des femmes. En résulte les Nanas : une série de sculptures colorées, grâce auxquelles « le corps de la femme s’émancipe par la grâce de matériaux ordinaires, de résine, de polyester peints, de vinyles colorés », comme le décrypte la galerie Georges-Philippe & Nathalie Vallois dans un communiqué. a2c5353b-b0e9-4c1d-976f-8f63fb963e12.jpeg Chez Niki de Saint Phalle, « la femme n’est pas une, mais plusieurs »
Pour mieux saisir ce travail à la fois esthétique et contestataire, au cœur duquel le corps des femmes, démesuré et puissant, retrouve toute sa majesté, la galerie de Saint-Germain-des-Prés propose d’exhiber une vingtaine de pièces issues des années 1960 et 1970. Parmi elles, quelques-unes de ces emblématiques Nanas, mais également plusieurs sculptures/reliefs, souvent moins connus du grand public.55E92F9F-E5C1-4F72-A5C8-FD5B119E5BA8
En outre, « Belles ! Belles ! Belles ! – Les femmes de Niki de Saint Phalle » sera accompagnée d’un catalogue inspiré des grands magazines de mode féminin des années 1960 tels que Vogue ou Elle, catalogue spécialement conçu par Catherine Francblin, critique d’art et auteure de la première biographie en langue française sur Niki de Saint Phalle. « Lacan prétendait que LA femme n’existe pas. FAA471D3-8F2F-458A-AAAD-EEC40E79D42D Il devait connaître Niki de Saint Phalle », analyse cette dernière pour l’exposition. Et de poursuivre : « Car dans le travail de l’artiste non plus la femme n’est pas une, mais plusieurs. Grandes et musclées, empâtées et poilues, vieilles et fragiles, mégères immondes, mariées sylphides, femmes-pot, femmes-ventres écorchées vives, géantes légères dansantes et tourbillonnantes, matrones blanches, matrones noires, Niki a tourné le dos au beau idéal pour peindre et sculpter tous les types de femmes possibles et impossibles, toutes sortes de morphologies féminines hors-norme, dérangeantes, attestant que le beau est toujours bizarre. »9CCEA999-73EA-42F0-9517-6DF7B228E16C4D5316D2-B6B9-4450-851F-43C8BBE608FE0886A7C5-D2D2-4043-B90B-8DCA1A6B428D9780FB97-37D0-4105-95E9-84302AD6A5CCEC1AC5C0-FA9B-48B5-BB79-7C1B22214346Encore disponible jusqu’au 22 octobre 2017 rue de Seine à saint germain sur PARIS.       Ps: Le magazine est une véritable mine d’or 🙌

Mon Weekend ayurvedique « Aum Shanti »

Je vous présente aujourd’hui mon weekend au centre ayurvedique de Rozérieulles « Aum Shanti ». Un temps privilégié loin du chahut de la vie quotidienne, un véritable rendez vous avec nous même, notre moi intérieur. À l’heure du « bien être », et surtout mon grand intérêt pour l’ayurveda et la médecine indienne depuis quelques mois, j’ai décidée de passer une nuit dans une des 3 chambres d’hôtes proposées. « La terre » pour ma part, étant seule. Sinon vous choisirez « l’air » ou « le feu » en chambre double avec salle de bain. Vous pouvez prévoir le repas ayurvedique du soir et du lendemain midi. Le petit déjeuner est compris dans le prix de la nuit. Une matinée qui m’a confortée sur mon envie d’inscrire l’ayurveda dans ma vie, au quotidien. Un retour aux valeurs simple et à l’écoute de son corps. On commence le matin par une séance individualisée avec mr Remigy. Puis méditation, hammam, gommage, réflexologie plantaire, massage du corps et de la tête. Une pose détente est prévue entre chaque soins dans un lieu magnifique, qui nous transporte. Les soins sont adaptés en fonction de ce qui ressortira de la première séance. Je vous invite donc à regarder mes photos et faire un tour sur leurs site internet si vous souhaitez partir en voyage: http://www.ayurveda-metz.com ou leurs page facebook: centre ayurvédique aum shanti . Je vous conseilles de lire « le Grand guide de l’ayurveda » par riran viyas – marabout. IMG_1056À tous les adeptes et visiteurs: NAMASTE 🙏IMG_1042IMG_1049IMG_1050IMG_1051IMG_1052IMG_1100IMG_1101IMG_1104IMG_1102IMG_1099IMG_1098IMG_1103IMG_1097IMG_1096IMG_1095IMG_1094IMG_1093IMG_1092IMG_1091IMG_1121IMG_1123IMG_1120IMG_1114

Un Week-end à Nancy? La villa 1901 vous accueille

Un bâtiment art nouveau entièrement rénové, en gardant le charme de la ferronnerie. Une invitation au voyage (couleurs, matières, luminosité) avec plusieurs chambres à thèmes qui ont chacune leurs petits noms. On choisit en fonction de vos goûts et du nombre de personnes. Vous y trouverez également deux boutiques Concept Store. les tissus, coussins, accessoires de la maison sont presque tous à vendre! Évidemment c’est mon adresse préférée sur Nancy pour passer un Weekend en amoureux, seul au calme, entre amis ou en famille. Une maison d’hôte qui vaut le détour par sa décoration atypique, élégante et ses hôtes d’une grande amabilités et au petit soin pour toutes vos demandes. J’oubliais de vous parler du petit déjeuner… juste à tomber! 63 avenue du général Leclerc 54000 Nancy . Réservation directement sur le site: http://www.lavilla1901.fr ou par téléphone au 06.30.03.21.62  Quelques photos au cas où vous auriez encore un doute 😉

IMG_0991IMG_0990IMG_7226IMG_0977IMG_0982IMG_0985IMG_0989IMG_0976IMG_0980IMG_0974IMG_7229IMG_7230IMG_7228IMG_7227IMG_7222IMG_7220IMG_0987IMG_7224IMG_7203IMG_0978IMG_7225IMG_0975IMG_0979IMG_0981IMG_0986IMG_0998IMG_0999IMG_0988IMG_0984IMG_0993IMG_0983IMG_0995IMG_0997IMG_0998IMG_0999IMG_1001